Lutte contre la piraterie : la SOCAM aux trousses des « téléchargeurs » de musique PDF Print E-mail
User Rating: / 0
PoorBest 
Written by Celestin Owona   
Saturday, 17 October 2009 13:37

Plus de 100 jeunes ont déjà séjourné dans les cellules du Secrétariat d’ETAT à la Défense.

 

 

La Société Camerounaise de l’Art Musicale a entrepris depuis deux semaines une opération visant à assainir le secteur du téléchargement de musique. Ce sont les alentours du marché central de Yaoundé qui ont constitué le point de départ de l’opération. Ordinateurs portables, téléphones portables, Play station, port USB, accessoires de téléphones, cartes multimédias, coques de téléphones, casques, câbles de téléchargement, ont été saisis par les éléments de la SOCAM qu’accompagnaient les forces de l’ordre.

 

Les propriétaires de ces matériels conduits directement au Secrétariat d Etat à la Défense, situé près du lac municipal ont été entendus sur procès verbal puis gardés à vue. Seulement pour la journée de vendredi, après avoir écumés les quartiers Montée ZOE, Nkolndongo, Mvog ada, près d’une trentaine de jeunes qui s’étaient lancés dans la pratique ont passé le weekend en cellule.

 

TALLA Jules, un jeune commerçant qui avait son comptoir en face du petit marché Mvog Ada explique que c’est dans la matinée du vendredi qu’il a laissé son ami appelé RAMZY dans l’échoppe, parce qu’il voulait se rendre au marché central pour l’achat du matériel, pour approvisionner son étalage. Dès son retour ses voisins lui apprennent que quelques éléments de la SOCAM notamment certains artistes qu’il n’a jamais vu et des policiers sont venus saisir tout son matériel et ont amené avec eux RAMZY. Arrivé au SED, il trouve son ami en petite culotte, pieds et torse nus et de sur quoi dans une cellule. A coté de lui se trouvaient également une trentaine de jeunes gens qui pratiquaient la même activité. Pour tenter de libérer son ami, Jules a présenté au commandant qui dirigeait l’opération un reçu d’un montant de 30000 francs CFA délivré par les éléments de la SOCAM, et qui lui conférait le caractère légal de son activité vis-à-vis des pouvoirs publics. Mais à sa grande surprise, le groupe de musiciens a dit ne jamais avoir livré de reçus à quiconque pour légaliser cette pratique. Le commandant troublé, a donc décidé de garder ces jeunes en cellules en attendant de voir clair dans cette affaire.
 

Bookmark with:

Deli.cio.us    Digg    reddit    Facebook    StumbleUpon    Newsvine
Last Updated on Saturday, 14 August 2010 18:55
 
  • Latest News
  • Most Popular
  • Most Commented