Climat: ouverture du sommet de Cancun PDF Print E-mail
User Rating: / 0
PoorBest 
Written by Mireille Fouda Effa   
Monday, 29 November 2010 12:45

La 16e Conférence des parties de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) qui va durer jusqu’au 10 décembre vise à fixer des engagements chiffrés de réduction des émissions de gaz à effet de serre, et principalement de CO2 par les pays industrialisés pour la période 2013-2020.

 

L'ONU veut donner un nouveau souffle aux négociations sur le changement climatique après l’échec de Copenhague. Pour ce faire, ce ne sont plus les chefs d'Etat et de gouvernement qui conduiront les délégations aux négociations mais les ministres de l'environnement.


Cette nouvelle organisation pourrait alléger la pression sur le sommet et faciliter les débats. Les 194 délégations présentes au Mexique dès ce lundi, vont donc tenter de parvenir à fixer les règles de l'après-Kyoto qui arrive à échéance le 31 décembre 2012. Elles doivent plancher sur les bases d'un nouvel accord, pour s'engager à limiter l'augmentation du réchauffement climatique à 2°C pour la période 2013-2020.


Difficultés
 

Les Etats-Unis, le Canada, le Japon et l'Australie sont très réticents à une nouvelle période d'engagement ainsi qu'à des réductions importantes des émissions de gaz à effet de serre, tandis que l'Union européenne se verrait bien accélérer le mouvement en proposant une réduction des émissions de 30 %d'ici à 2020 par rapport à 1990 au lieu des engagements actuels de baisse de 20 %.


Des affrontements devraient aussi avoir lieu avec les principaux pays émergents, comme le Brésil, l'Afrique du Sud, la Chine et l'Inde, qui défendent une « responsabilité commune mais différenciée». Ils acceptent ainsi le principe d'une réduction de leurs émissions, mais à condition qu'elle n'affecte pas leur développement économique et qu'elle s'accompagne de transferts financiers et technologiques.


Enfin, un groupe de 43 Etats insulaires, menacés par l'augmentation du niveau des mers, cherche à faire adopter des engagements plus contraignants afin de maintenir l'augmentation des températures mondiales entre 1 et 1,5 °C.


Principaux enjeux


A Cancun, le texte qui va servir de base aux négociations prévoit d'aborder des thèmes comme la déforestation – et le mécanisme REDD+ qui consiste à verser des compensations financières aux pays qui réduisent la dégradation de leurs forêts –, le marché de quotas d'émissions de CO2 ou les mesures d'adaptation.


Un autre enjeu majeur et principal point d'achoppement, réside dans le financement de la lutte contre le changement climatique. A Copenhague, les pays développés se sont engagés à fournir 100 milliards de dollars (75 milliards d'euros) par an aux pays les plus pauvres d'ici à 2020. Une partie significative de ces fonds devrait transiter par le Fonds vert. Mais son architecture fait débat. Les pays en développement souhaitent qu'il soit rattaché à l'ONU, d'autres comme les Etats-Unis veulent lui donner plus d'indépendance et un rôle d'appoint aux fonds déjà existants. La question de l'origine de ces fonds se pose aussi : le groupe consultatif de l'ONU préconise des "financements alternatifs", comme des taxes sur les transports et les transactions financières.

Source : Lemonde.fr

Bookmark with:

Deli.cio.us    Digg    reddit    Facebook    StumbleUpon    Newsvine
Last Updated on Monday, 29 November 2010 16:47
 
  • Latest News
  • Most Popular
  • Most Commented