Bakassi : Des pirates attaquent le Bir Delta PDF Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 
Écrit par Denis Nkwebo, Le Jour   
Lundi, 04 Janvier 2010 15:14

 L’incident s’est produit ce samedi, non loin du lieu où 21 soldats camerounais furent massacrés en novembre 2007.

 


Aucun élément des forces camerounaises n’est décédé suite à l’attaque menée dimanche en mi-journée à Bakassi, par des assaillants inconnus, puissamment armés. Un officier de l’armée en poste à Limbé a affirmé hier soir que « les agresseurs ont été tous mis en déroute ».Sans plus.


En effet, samedi dernier en début d’après-midi, à en croire des sources habituelles du Jour, des éléments du Bataillon d’intervention rapide (Bir) ont pris en chasse une pirogue conduite par des hommes non identifiés, qui venaient de s’attaquer à leurs positions.


Suite à cette attaque manquée, les assaillants en fuite ont repris la haute mer, où ils ont tiré plusieurs coups de feu dans le vide. Peu après l’incident, les Bakassi Freedom Fighters (Bff) ont revendiqué l’attaque, tout en annonçant par ailleurs plusieurs morts, côté camerounais. Mais tard dans la nuit de samedi, les mêmes assaillants ont reconnu qu’ils n’avaient fait aucune victime camerounaise, mais qu’au contraire, deux « combattants » ont été blessés.


Cet incident est le deuxième du genre en l’espace de deux semaines, au large de la péninsule de Bakassi. Depuis samedi, aucune information officielle n’a été communiquée sur cette nouvelle attaque. Mais un responsable de la gendarmerie parle d’un « retour en force des groupes pirates à Bakassi », sans préciser leur identité.


Le Jour a appris, de source nigériane, que plusieurs chefs pirates ayant prétendument déposé les armes dans le cadre de l’amnistie offerte par le président Musa Yar’Adua, ont réinstallé leur quartier général à Port-Harcourt, d’où ils organisent des assauts contre le Cameroun.


D’autres sources précisent que le nouveau chef des Bff, Jerry Owei, aurait pris langue ses anciens chefs, suite à une médiation étrangère. Des informateurs proches des Bff affirment que ces derniers ont un plan « immédiat » sur des objectifs militaires camerounais ; le premier étant le bâtiment de guerre baptisé « Rio Del Rey ».


D’ailleurs, les assaillants de samedi sont entrés par Isobo, localité qui abrite dans la mangrove, le camp tenu par Jerry Owei.

Article Le Jour

 

Bookmark with:

Deli.cio.us    Digg    reddit    Facebook    StumbleUpon    Newsvine
Mise à jour le Lundi, 04 Janvier 2010 16:42
 
  • Les plus récentes
  • Les plus lues
  • Les plus commentées